Le portail européen du chamanisme
226

Vivre le Sacré par les pratiques chamaniques

 

Les Deux Piliers des Sagesses Ancestrales

Ce qui m’a semblé le plus remarquable dans les pratiques Ancestrales, c’est l’attitude naturelle à honorer, remercier et sanctifier. Les anciens Celtes avaient un comportement respectueux envers toutes manifestations de la Création. Ils honoraient naturellement les peuples de l’Eau, du Feu, de l’Air et de la Terre.

4 éléments

Premier Pilier : Honorer

La notion de « peuple » était attribuée à toutes les beautés de l’Univers.

Peuple de lEau et peuple des Montagnes,

Peuple du Vent et peuple de la Roche,

Peuple de la Terre et peuple du Sable,

Peuple du Feu du Ciel et peuple du Feu d’en bas,

Peuple intraterrestre,

Peuples de l’Air et des Rivres,

Peuples des Arbres et des Fleurs,

Peuple des Animaux et peuple des Humains,

Peuple des Étoiles, peuple de la Lune

et de tous les Astres,

Soyez honorés par trois fois.

Par trois fois soyez remerciés.

Par trois fois soyez sanctifs.

Awen, Awen, Awen.

Cette relation à la Nature et à toutes les Créations du Monde témoigne d’une immense humanité. Dans une société moderne et mécanique, où tout est dû, où tout est consommation, où tout est frénésie, où tout est fuite, l’invocation peut sembler étrange. Le modèle social est de combler les vides par des moyens artificiels de communication tels les réseaux sociaux d’internet ou tout moyen actuel à la page. Certes ils ont leur utilité, mais au détriment des vraies relations et des vrais contacts humains. Certains de nos contemporains se vantent d’avoir cinq cents, mille, deux mille et plus d’amis, alors que dans leur quotidien ils souffrent de solitude, n’ayant aucun confident qu’ils peuvent embrasser fraternellement. Cette réalité ne peut que m’ouvrir le cœur et me donner la force de témoigner de notre Sagesse ancienne, où on savait honorer l’autre car à travers lui c’était le Divin que l’on sanctifiait. Cette détresse moderne nous rappelle la nécessité de renouer avec des comportements naturels.

La lumière fondatrice de toutes choses, que nous sanctifions à travers l’autre, est un repère central dans les sociétés traditionnelles. Remercier devient pour l’adepte de la Sagesse primordiale, un acte permanent.

Finalement, rien ne nous est dû et tout ce qui nous est donné est une grâce, une récolte de félicité !

Cet état d’esprit nous accroche dans les yeux des lumières et des étoiles de joie et de bonheur. Nous nourrissons l’autre en le remerciant et de concert, nous nous nourrissons de chaleur positive, d’amour et de gratitude.

Tous les êtres vivants du Monde visible et tous les êtres du Monde invisible sont honorés et reconnus pour ce qu’ils sont dans leurs dimensions les plus hautes.

Tous, nous aimons être aimés et honorés dans nos valeurs les plus nobles, il en est de même dans les Mondes subtils. Ce comportement naturel chez le Chaman Celte va lui permettre, avant d’officier dans ses pratiques cérémoniales, de contacter les Esprits par l’offrande. Car honorer par les mots ne suffit pas toujours. Il nous faut offrir aussi des cadeaux pour les Mondes invisibles afin de leur prouver notre dévotion et notre respect.

Le Chaman Celte va utiliser la feuille de Tabac, les fleurs des champs, du blé, des noisettes, des fruits ou autre chose de précieux et de naturel. J’ai remarqué que la feuille de Tabac plait aux Ancêtres. Le Tabac naturel est considéré par toutes les traditions des cinq continents comme un lien puissant entre les différents Mondes. Il est comme un fil qui relie le Monde visible au Monde invisible. L’offrande est donc primordiale dans les pratiques Chamaniques car elle est le gage de notre respect et elle nous autorise à pouvoir demander de l’aide par l’invocation au Monde d’en haut.

HONORER c’est donner, INVOQUER c’est demander. Nous voyons l’utilité, voire même l’impérieuse nécessité, de précéder nos demandes par de profondes dévotions.

Il en est de même avec le peuple des Arbres quand nous voulons lui prélever son bois pour nous chauffer ou construire nos charpentes. Il est nécessaire de l’honorer et d’attendre qu’il s’offre. Pour ce faire, l’invocation sera nécessaire et la demande devra être formulée clairement ainsi que l’utilité du sacrifice qui devra être précisée.

Le Déo Celte, la main sur l’arbre, attendra d’avoir l’information, la réponse, qui se manifestera par une vibration ou une sensation qui lui sera propre. L’arbre alors pourra accepter de s’offrir ou refuser de se donner.

Alors respectueusement nous le remercierons, quelle que soit sa décision.

Il en est de même avec tous les peuples : des Pierres, de l’Eau, des Animaux, du Feu, du Vent, etc. Ainsi la règle de l’Échange égalitaire est respectée.

Nous pouvons maintenant invoquer avec ferveur.

HONORER cest offrir. C’est un sacrifice Chamanique.

mais invocation

Deuxième Pilier : Invoquer

Dans notre culture Judéo-chrétienne, il est malvenu de demander. Il nous est conseillé de rester humbles au fond de l’église, la tête baissée.

Certes, la prière dans la religion chrétienne encourage le pratiquant à cet exercice mais au plus profond de certains, la culpabilité est solidement enracinée. Beaucoup ont du mal à demander et ils ont plus de facilité à donner, à se mettre en allégeance à toute autorité spirituelle ou autre. L’humain aime se prosterner devant les dieux de toute nature, oubliant sa propre divinité pour la projeter à l’extérieur de lui-même. Nous avons été, d’une façon subliminale, dressés à obéir et à servir. Il faut déployer une certaine force pour oser demander, oser s’affirmer dans une invocation claire.

Cet acte traditionnel de l’invocation n’est donc pas si facile pour nombre d’entre nous.

L’exercice devient par conséquent libérateur pour un grand nombre, et permet de rentrer en contact avec les Ancêtres du septième plan qui ont pour mission de nous aider. Les chrétiens les ont appelés en s’inspirant des pratiques Ancestrales, les Anges-Gardiens.

Le Chaman Celte va pouvoir ainsi se mettre littéralement en contact avec le Monde subtil des Grands- Mères et des Grands-Pères invisibles (dans la tradition Chamanique, les Anges-Gardiens sont désignés comme Grands-Mères et Grands-Pères). Les ayant honorés par des offrandes, les ayant reconnus dans leur fonction, il va pouvoir compter sur leur intercession bénéfique.

En réalité « honorer et invoquer » est un pacte sacré où l’Échange respectueux et égalitaire prédomine. Il n’y a plus aucune hiérarchie entre les Mondes d’en haut et les Mondes d’en bas, uniquement un échange. L’invocation égalitaire est une demande de présence, une demande d’intervention pour soi-même ou pour les autres membres du Clan des humains. Le Chaman Celte, dans sa fonction sacrée, va pouvoir ainsi, en étant au service des lois de l’Univers, officier dans sa fonction.

Les deux Piliers Celtiques sont les soubassements de toutes pratiques Ancestrales et à ce titre, occupent une place particulière dans les coutumes Chamaniques Celtiques et de toutes les traditions.

Avant toute Cérémonie, les hommes-médecine de tous héritages vont invoquer et honorer les ancêtres, les Gardiens des lieux, les règnes de la Création, les quatre éléments, les six directions (Est, Nord, Ouest, Sud, le Ciel et la Terre). Le Chaman Celte le fera en tournant dans le sens du mouvement de la Terre, c’est-à-dire dans le sens anti-horaire, le contraire des aiguilles d’une montre.

Cette pratique est centrale dans la relation à l’univers et à toute Création. Le fait d’honorer et d’invoquer permet une relation équilibrée entre les deux Mondes, visible et invisible.

J’honore et je rends grâce.

J’invoque, j’implore et j’ose demander une intercession, une aide.

Je donne et je rois.

Patrick Dacquay

Porteur de la Tradition Celtique de Soof-Ta

Chef coutumier du Cercle de Sagesse de l’Union des Traditions Ancestrales

Dernier livre : Paroles d’un Grand-père chaman, Editions Véga

www.patrickdacquay.com

 Toutes les informations sur le prochain Festival