Le portail européen du chamanisme
226

Dossier de presse – Festival du Chamanisme

Le DOSSIER DE PRESSE est rédigé à l’attention des professionnels (étudiants, journalistes, auteurs, …), il est entièrement libre de droits de copie ou de reproduction, aussi bien pour les textes que les photographies.

_________________

 

banniere-festival

Le CERCLE DE SAGESSE
DE L’UNION DES TRADITIONS ANCESTRALES

organise

 

le RASSEMBLEMENT DES TRADITIONS ANCESTRALES

(FESTIVAL DU CHAMANISME)

Tambours – Soins Chamaniques – Voyage de l’Âme – Feux Sacrés – Rituels 
Ancestraux

Divination – Huttes de Sudation – Table Ronde – Marche sur le Feu

___________

 

Un rassemblement de plus de 100 Chamans, guérisseurs, enseignants en Chamanisme et artistes des 5 continents pour plus de 250 cérémonies et ateliers.

 

Le Village de Soins Celtes Chamaniques – Soins et divinations celtes (plus de 150 soins).

 

Une Exposition d’Art Chamanique (art aztèque, huichol, amazonien…), peintures, sculptures sur bois…

 

La dernière édition du Festival du Film Chamanique.

 

Un grand CONCERT-GALA POUR LA PAIX.

 

Les prix du meilleur livre chamanique et du meilleur album musical chamanique sont remis à la fin du Festival.

 

 

LE FESTIVAL a été créé par Patrick Dacquay en 2008, avec le soutien de Grand-Père William Commanda qui est à l’origine du Grand Rassemblement de Maniwaki au Canada.

 

LE DERNIER FESTIVAL a rassemblé près de 2.000 personnes.

 

Toutes informations sur www.festival-chamanisme.com

 

 _______________

Les actualités chamaniques sont sur :

banniere_468x60

  _______________

frise26062014

LE CERCLE DE SAGESSE :

Le Cercle a été créé en 2008 par Patrick Dacquay, inspiré par le RASSEMBLEMENT DE MANIWAKI qui fédère les Premières Nations amérindiennes. Ce dit regroupement unificateur, auquel personne ne croyait, fut fondé par William Commanda qui a aussi donné sa bénédiction au Cercle de Sagesse.

Le Cercle a organisé les premiers festivals dans le sud de la France, l’objectif était de proposer un rassemblement festif qui soit un carrefour des traditions et des sagesses ancestrales.

C’est devant l’importance, pour le chaman, d’être relié à une tradition, que le Cercle de Sagesse a complété son nom en 2012 en « Cercle de Sagesse de l’Union des Traditions Ancestrales ».

 dossier-de-presse-rassemblement maniwaki

LE FESTIVAL :

Comme son nom l’indique, le Festival est une fête. La chaman est dans l’énergie de la vie, pour lui le paradis n’est pas dans un monde meilleur mais bien dans celui de notre incarnation : c’est l’expérimentation de la dualité avec ses plaisirs et ses écueils.

Le chaman ne vit donc pas sa spiritualité dans la tristesse, l’attente, la sévérité. Il est heureux du prodige de la vie, s’en émerveille, et fait de son mieux pour le faire partager à ceux qui se laissent désabuser ou attrister par les nécessaires épreuves de l’existence.

Certains se demandent sans doute la nature de la joie qui anime les festivants, d’autres peuvent être incités à la confondre avec les sourires figés et les allures forcées de bonheur qu’on voit parfois dans des reportages sur des sectes ou des rassemblements où circulent des drogues. La différence est essentielle : la conscience. Les chamans et leurs visiteurs ne s’abrutissent pas pour oublier leur existence, ils ne se mentent pas pour essayer de se convaincre qu’ils ont eu raison de s’embrigader dans une cause quelconque. Ils sont joyeux comme celui qui était malade et apprend qu’il est guéri, sauf qu’ils n’ont pas eu besoin de passer par cette phase de maladie pour s’en rendre compte. Ils sont simplement heureux de célébrer la vie.

 

LA SITUATION GÉOGRAPHIQUE :

Le Cercle de Sagesse s’installe là où le lieu est le plus propice à l’événement.

2014-04-25 18.48

LE PROGRAMME : Plus de 100 chamans et enseignants en chamanisme.

En dehors de soins individuels, le festival propose des conférences et débats, des enseignements, des voyages chamaniques, des quêtes de vision, des initiations, des rituels de guérison, des méditations, des célébrations, des veillées, des divinations, des ateliers de fabrications, des cercles de tambours, une marche sur le feu, des pratiques chamaniques, des huttes de sudation (sweat-lodge, temazcal, chaudron), en tout plus de 250 ateliers et plus de 150 soins. Il y a aussi une exposition d’art, diverses activités ludiques d’éveil de la conscience, le Festival du film, des chants, danses, concerts, …

Ce qui est absolument remarquable, c’est de constater la parenté qui existe entre toutes les traditions, aussi éloignées géographiquement soient-elles. Ces points communs sont d’ailleurs la preuve évidente d’une connexion de toutes les traditions avec une énergie créatrice commune.

 

LES RÉSULTATS DU CHAMANISME :

Il n’est pas possible de résumer ses effets : si le chamanisme existe partout et depuis toujours, y compris dans les endroits les plus inhospitaliers ou les plus urbanisés, c’est bien qu’il fonctionne effectivement – sinon au moins certains l’auraient abandonné depuis longtemps.

Mieux encore, le chamanisme a résisté à toutes les oppressions, notamment religieuses (qui ont récupéré certains de ses rituels à leur profit), de même qu’il a survécu à tous les régimes politiques autoritaires qui voulaient détruire le pouvoir des êtres humains sur eux-mêmes pour mieux les asservir.

Le chaman est un intermédiaire entre son consultant et les Esprits de guérison. Ni plus, ni moins. Cela peut amener une guérison dite « miraculeuse », dont les médias font souvent l’écho de certaines, mais pas forcément car il existe des « lois » de guérison – de la même manière que tous ne guérissent pas en allant à l’hôpital. Le patient reçoit alors ce qu’il doit recevoir, en conformité avec ce que disent toutes les sagesses ancestrales depuis toujours.

2014-04-26 17.11

CHAMANISME ET MÉDECINE :

Le chaman mobilise des énergies réelles ! Il reçoit aussi des informations des Esprits. Il voyage entre les mondes (mais le voyage chamanique si prisé ne représente peut-être qu’un pour cent de sa pratique). Le chaman agit dans le réel, il n’est pas question d’ « effet placebo » comme on entend parfois dans la confusion et/ou les raccourcis de l’époque moderne.

Le chaman n’est cependant pas, comme certains le croient parfois à tort, un opposant de la médecine chimique, car il sait que tout ce qui existe a sa raison d’être – par exemple certains médicaments sont bien efficaces dans des cas d’empoisonnement massif.

En revanche, il ne faut pas perdre de vue que si la médecine est devenue exclusivement allopathique depuis les années 1860 (c’est à dire symptomatique, elle soigne le symptôme), c’est uniquement grâce aux relations proches qu’entretenait le chimiste Louis Pasteur avec l’impératrice Eugénie et qui ont permis d’écarter le point de vue de ses détracteurs (Claude Bernard, Marcellin Berthelot et Antoine Béchamp entre autres).

La conscience planétaire évolue, à titre d’exemple tous les hôpitaux réputés très efficaces font appel à des chamans ou des coupeurs de feu (c’est d’ailleurs pour ça qu’ils sont réputés). C’est très vrai dans les pays anglo-saxons, mais devant les résultats, cette méthodologie s’exporte de plus en plus y compris en France et en Belgique.

La psychologie et la psychothérapie ne sont pas plus dénigrées par le praticien chamanique. Nombre d’entre eux sont issus de ces connaissances qui sont pour eux un complément utile ! Là encore, chaque profession a son utilité et le chaman ne propage aucun des sectarismes qui touchent parfois son activité (l’obscurantisme qui crie à l’obscurantisme).

 

CHAMANISME ET RELIGION :

Le chamanisme n’est pas une religion. Il a toujours existé, aux 4 coins de la planète, bien avant les religions organisées. Ce qui différencie le chamanisme des religions, c’est d’abord l’absence de hiérarchie. Prenons un exemple commun : dans une ville, le maire commande à celui qui nettoie les rues, mais quand le maire s’absente une semaine on ne s’en rend pas compte. En revanche, si les poubelles ne sont plus vidées, on aura vite une catastrophe sanitaire. Cela ne veut pas dire non plus que le maire est moins important, car s’il ne s’occupe pas du recrutement, de la répartition des tâches et des salaires, c’est toute la ville si elle est grande qui sera assez vite sinistrée à tous points de vue.

Il est ainsi dans la sagesse ancestrale, comme dans le Cercle de Sagesse : chacun a un rôle à jouer, mais tout le monde a la même importance.

 

« Le chamanisme est la religion naturelle de l’humanité et si on veut comprendre la spiritualité, il faut remonter à la source, celle de l’origine du monde. L’évolution n’apportant que déformation et interprétation erronées ».

Mircea Eliade, historien des religions, mythologue, philosophe et romancier.

 2014-04-27 09.59

CHAMANISME ET COMMUNAUTÉ :

Le Cercle de Sagesse forme une communauté, c’est à dire que ses membres se sont librement joints dans des buts communs. Pour autant il n’est pas assimilable au genre de collectivité qu’on rencontre chez les hippies par exemple.

Le Cercle est une organisation légalement déclarée, immatriculée, elle paie les taxes, les loyers, respecte toutes les lois relatives à la CNIL, à l’organisation de manifestations, à la sécurité…

Le chamanisme est une pratique sérieuse issue de millénaires d’expériences, qui nécessite de la rigueur et de la compétence, du matériel et des bases solides, ce qui n’a rien à voir avec d’autres pratiques peut-être distrayantes mais qui ne suivent pas la même rectitude (l’ATTITUDE IMPECCABLE exigée par toutes les sagesses ancestrales).

 

LE FESTIVAL ET LES FESTIVANTS :

Les statistiques ponctuelles faites sur place ont pu montrer un net effet de voisinage, comme pour tous les rassemblements publics d’ailleurs. Il y a beaucoup de suisses puisqu’aussi bien la santé y est moins confisquée par les laboratoires que dans les autres pays francophones européens. Bien évidemment, la région parisienne est bien représentée puisqu’un français sur cinq y réside.

Professionnellement, on rencontre évidemment beaucoup de psychologues, médecins et professions de santé qui recherchent une autre lecture – de la même manière que les plus grands professeurs de médecine vont aujourd’hui en Amazonie ou au Népal pour chercher les enseignements des chamans locaux que leurs ancêtres pourchassaient et dont ils brûlaient les tambours.

Il n’y a pas de visiteur-type : certains viennent aussi par curiosité, pour la musique, ou pour rencontrer le chaman qu’ils ont lu ou dont ils ont vu une interview.

 2014-04-27 12.49

CHAMANISME ET SECTARISME :

Le chamanisme poursuit des buts exactement contraires aux organisations sectaires. La mission la plus importante du chaman est que son patient retrouve le pouvoir sur lui-même, qu’il ne soit pas dépendant, qu’il recouvre toute sa liberté d’Humain (son LIBRE-ARBITRE).

Le praticien chamanique veille notamment à ce que personne ne fasse de projection d’excellence sur lui, ni sur personne, ni sur aucune idéologie. Il sait que cela va à l’encontre des intérêts de son patient qui doit chercher l’excellence en lui-même, et qu’un jour ou l’autre ce transfert causerait du tort au chaman qui l’aurait laissé faire.

Le Cercle de Sagesse est d’ailleurs en relation avec la MIVILUDES (Mission Interministérielle de VIgilance et de LUtte contre les DErives Sectaires) qui a établi en 2009 un rapport sur certaines personnes qui prétendaient, sans aucune légitimité ni formation sérieuse, être des chamans, et c’est aussi un des rôles du Cercle que de veiller à la probité de ses membres et au respect des pratiques chamaniques – Le Cercle a d’ailleurs rédigé LE MANIFESTE DU CHAMANISME qui est aussi un code éthique.

 

CHAMANISME ET PLANTES SACRÉES :

Les chamans respectent les plantes sacrées, toutefois il faut bien être conscient que dans les pays où elles s’utilisent (l’Iboga au Gabon, l’Ayahuasca au Pérou, …), les plantes sacrées sont utilisées par les chamans pour les aider à prodiguer leurs soins, mais ils ne sont pas donnés à consommer aux patients. Il existe bien évidemment un « tourisme spirituel » assez lucratif qui ne respecte pas cette philosophie et que le Cercle de Sagesse ne reconnaît pas.

Même si certaines dispositions législatives sont toujours contestables, les membres du Cercle respectent les lois en vigueur dans le pays où ils se trouvent, en vertu du principe qu’aucun régime ne peut se maintenir au pouvoir sans l’assentiment des Esprits.

Ainsi il n’y a pas de substances prohibées fussent-elles des plantes sacrées lors des évènements du Festival – il est d’ailleurs interdit de fumer des cigarettes ou de boire de l’alcool dans l’enceinte de l’espace sacré.

 dossier-de-presse-foret

LE FESTIVAL DU FILM CHAMANIQUE : 

Cette nouvelle édition permet, comme les précédentes, d’encourager la production artistique par la remise d’un diplôme de haute valeur symbolique puisque signé par le Cercle de Sagesse (il n’y a pas de remise d’argent).

Le Festival du film est aussi l’occasion de permettre au public de découvrir des documentaires absolument excellents mais qui pour certains ne trouvent pas forcément des moyens de distribution très efficaces.

Dans tous les cas, les œuvres en lice ont été sélectionnées et elles répondent donc à des critères rigoureux de qualité cinématographique. Certains films sont présentés hors-concours.

 

LES MEMBRES DU CERCLE DE SAGESSE :

Comme le Cercle s’est ouvert aux sympathisants du chamanisme, il comprend deux sections depuis 2013 :

– Le CONSEIL, qui intègre des représentants qualifiés de traditions chamaniques. Il a été fixé un numerus clausus en raison de ce que le Cercle serait difficilement gérable avec un nombre supérieur. Parmi ces membres, un BUREAU s’occupe plus particulièrement des questions de gestion et d’organisation.

– Le GRAND CERCLE, dont font partie des chamans en instance d’être admis au CONSEIL, des praticiens sympathisants, des musiciens inspirés par le chamanisme, des enseignants, des anthropologues, etc.

Il est à noter que les décisions sont prises au consensus, alors que dans les démocraties modernes 49,9999% d’une population peut se voir imposer le choix des autres 50,0001% exprimés. Après avoir entendu l’avis consultatif du GRAND CERCLE, les membres du CONSEIL discutent jusqu’à obtenir un accord unanime – certaines décisions qui nécessitent une réponse rapide ou écrite sont toutefois prises à la majorité des trois-quarts, ce qui permet d’éviter autant un abus de majorité qu’un abus de minorité tout en allant vite.

dossier-de-presse-Festival Chaman 2014

PARITÉ :

Avec les sujets d’actualité et la réalité que les partis politiques veulent attirer les voix des femmes, la parité est une question qui nous est parfois posée. Autrefois, certaines fonctions et certains rôles étaient dévolus à un représentant d’un sexe donné, généralement parce qu’il était considéré comme plus apte à les remplir. En Asie du Sud-Est, certains chamans pratiquaient même l’inversion des sexes. Mais comme l’avait déjà constaté Alfred de Musset avant que les résidus de pilules contraceptives ne contaminent les nappes phréatiques, les hommes ont au cours des époques tendance à se féminiser et les femmes à se masculiniser – il suffit pour s’en convaincre de regarder n’importe quel film sur l’époque antique (Spartacus, etc.).

Alors, finalement, la répartition hommes-femmes au sein du Cercle de Sagesse dépend plus des aléas des candidatures que d’une volonté de parité, même s’il y a à peu près le même nombre d’hommes et de femmes au Bureau, au Conseil et au Grand Cercle. D‘autant plus que dans la pratique chamanique, un chaman homme peut être habité par un Esprit féminin tandis qu’une femme chamane sera habitée par un Esprit masculin ! et vice-versa …

 

LES VALEURS CHAMANIQUES :

Celles-ci sont parfaitement bien résumées dans le MANIFESTE DU CHAMANISME. Pour le chaman, la véritable richesse est son élévation de conscience. D’ailleurs on constate que les chamans, s’ils ont normalement de quoi vivre et payer les taxes, charges et impôts leur incombant, ne possèdent pas de fortune comme les dirigeants d’organisations que nous ne citerons pas. Le Cercle de Sagesse n’a pas non plus de biens de valeur ni de trésorerie autre qu’un fonds de roulement qui fut créé par la participation de tous les chamans membres en fonction de leurs possibilités.

Le but du membre du Cercle de Sagesse est de servir l’ŒUVRE, et même si ce n’est pas dans la culture chamanique, on ne peut s’empêcher un parallèle avec les bâtisseurs de cathédrales qui taillaient des pierres en sachant qu’ils ne verraient pas de leur vivant le bâtiment achevé.

 2014-04-27 15.22

LA TRANSMIGRATION DE L’ÂME :

Cette question est fréquemment posée, car on ne peut envisager le chamanisme sans les Esprits de guérison. Certains voient et/ou entendent les Esprits, d’autres pas. Ceux qui ne les voient pas, ont évidemment tendance à ne pas y croire (ce qui n’est pas une démarche scientifique car on ne voit pas les ondes hertziennes et pourtant elles véhiculent des images et des sons « réels »).

La science moderne, qui appelle cela la cécité cognitive, enseigne qu’en réalité on ne voit que ce à quoi on croit. Pour les physiciens, cela se matérialise par le fait que certains voient des vibrations plus hautes que d’autres (les Esprits ont des vibrations très élevées).

La quasi-totalité des religions croient en la réincarnation. Par exemple dans l’Ancien Testament il est dit qu’Élie serait réincarné (« … autre prophète qui vécut quelques siècles plus tôt et qui fut reconnu comme un Saint homme »). Et dans la religion catholique, Jésus répondit à ses disciples qu’Élie était déjà revenu mais que personne ne l’avait reconnu (Matthieu 17:13, qui ajoute que les disciples comprirent alors qu’il s’agissait de Jean-Baptiste).

Les médias ont déjà fait des émission sur Shanti Dévi et James Leininger, qui d’après les enquêteurs et parmi eux le Mahatma Gandhi, avaient sans nul doute possible été réincarnés. On peut citer aussi la cas de Pamela Reynolds, ou encore l’excellente étude de Ian Stevenson, du département de psychiatrie de l’Université de Virginie, Twenty Cases Suggestive of Reincarnation et Children Who Remember Previous Lives: A Question of Reincarnation.

Il existe des preuves que les Esprits existent et il n’en existe pas qu’ils n’existent pas. La physique quantique, qui date de 1900, commence seulement à le faire comprendre au grand public (les grands scientifiques sont par contre aujourd’hui tous convaincus), les chamans le savent depuis toujours.

 

LE FESTIVAL ET L’ARGENT :

Cette question, qui ne serait même pas citée sur la continent américain, doit être abordée en France où règnent systématiquement – et parfois à juste titre – des suspicions sur les financements des organisations et des évènements.

Ainsi le prix d’entrée, appelé « passeport », permet l’accès à tous les ateliers et aux soins individuels sans aucun supplément de prix. Il a été fixé à 85 € pour ceux qui restent les 4 jours, prix qui correspond au coût réel de l’organisation (il y a des dépenses de publicité pour faire connaître le Festival, les frais de logement et de restauration, les matériels, les programmes, les transports, la location des tentes, chapiteaux, sonorisation…, le coût des réunions nécessaires, les frais administratifs, postaux et d’assurances, et bien évidemment le coûteux remboursement des déplacements des chamans dont certains traversent le monde pour venir). Les chamans ne sont pas payés, il n’y a pas l’argent de les rémunérer et cela permet finalement une sélection : ceux qui viennent sont ici pour participer à l’Œuvre et pas pour encaisser un salaire.

Les chamans qui fabriquent des objets ou écrivent des livres ont la possibilité de les vendre à la boutique, de la même manière par exemple que tous les chanteurs vendent leurs disques à l’entrée et la sortie de leurs concerts (tout le monde trouve normal qu’ils profitent d’un passage à la télé pour promouvoir leur dernier spectacle ou leur dernier disque). Mais il s’agit ici au Festival de sommes marginales, le nombre de livres vendus n’ayant jamais atteint la centaine.

Le Festival n’est pas non plus un « produit d’appel » pour les chamans qui vendraient leurs soins individuels à leur cabinet. D’une part, la plupart des chamans présents habitent très loin de Dole, et ils ne pourraient pas y attirer les festivaliers. D’autre part le Festival propose de très nombreux soins individuels, sans majoration contrairement à ce qui se passe dans la plupart des salons – ce qui ne serait pas le cas si le but était d’attirer les visiteurs ailleurs. D’ailleurs, on constate qu’une infime minorité de personnes qui viennent à Dole repartent avec les dépliants du peu de chamans qui proposent des soins ou des stages extérieurs.

Pour terminer sur la boutique, qui s’appelle « le shop », il y a peu de membres du Cercle qui y occupent un espace, la plupart des emplacements sont prêtés à des proposants extérieurs (comme certaines maisons d’éditions qui disposent leurs ouvrages à la vente, ouvrages sans rapport avec les membres du Cercle mais susceptibles d’informer le public sur la sagesse ancestrale et lui donner des conseils de santé).

Comme le dit Patrick Dacquay : « Là où il faut se méfier, c’est quand quelque chose est gratuit. Nous préférerions par générosité que l’entrée du Festival soit gratuite, mais en réalité cela permet aussi de respecter la règle chamanique de l’ÉCHANGE ÉGALITAIRE. Si c’était gratuit, ce serait une façon pour nous de prendre le pouvoir sur les visiteurs ; ici le visiteur paie l’entrée, et il reçoit ce qu’il doit recevoir, ainsi il n’y a pas de prise de pouvoir des uns sur les autres et on vit dans un échange équilibré ».

Donner de l’argent pour un événement permet d’en être co-créateur plutôt que consommateur.

 2014-04-27 16.46

ORTHOGRAPHE ET SÉMANTIQUE :

Hormis ceux qui reprennent l’écriture anglaise de « shaman », on trouve couramment écrit « chaman » ou « chamane ». Cette dernière orthographe est autorisée depuis la réforme orthographique de 1990, elle présente l’avantage d’être conforme à la prononciation phonétique. On voit plus fréquemment « chaman », qui permet de différencier le masculin du féminin (« chamane »), et parce que c’est l’écriture d’origine de ce mot importé de Sibérie, du toungouse pour être précis, « çaman », qui signifiait « celui qui possède la connaissance ».

C’est d’ailleurs en raison de ce marquage ethnique que la plupart des chamans préfèrent en réalité se faire appeler de la manière utilisée dans leur tradition (curandero, homme-médecine, déo, …) avant l’importation de ce mot.

Notons qu’il existe en Inde le mot sanscrit « shamana » qui traduit le concept du feu qui aspire (notion liée à l’absorption chamanique).

_________

Site dédié au festival : www.festival-chamanisme.com

Site du Cercle de Sagesse : http://cercledesagesse.com

 

 

 frise26062014

 

 Toutes les informations sur le prochain Festival