Le portail européen du chamanisme
226

Les qualités d’un Homme-médecine

Extrait du livre Soins Chamanique et Guérison Energétique, Editions Trajectoire, 2014. Martine Pedrón & Manu Tlaloc.

 

couverture livre soins chamaniques

 

Question : Quelles sont, selon toi, les qualités essentielles pour être un bon Curandero ?

Manu Tlaloc : Au départ, il faut avoir reçu un « don » des Esprits ou du Créateur. Alors que je faisais mon initiation aux méthodes de guérison, quelqu’un m’a dit en lisant mon « corps énergétique », que je possédais toutes les facultés requises pour soigner ; en réalité, étant plus jeune, j’avais déjà senti que je possédais des facultés qui sortaient de l’ordinaire, ce ne fut qu’une confirmation de ce que je pressentais déjà dans mon corps et mon âme. En fait, on ne choisit pas d’être guérisseur, mais on est choisi par les Esprits qui nous appellent pour être Curandero (Homme-Médecine). Ce don pour soigner qui m’a été donné par le « Grand-Esprit », je ne pouvais le refuser.

Pour moi, être Curandero, n’est pas un « travail » au sens ou on l’entend habituellement. C’est avant tout une vocation, une passion, une mission. Si on le fait comme un travail, il faut mieux faire autre chose qui rapporte plus d’argent, car si on n’a pas la vocation, on va se lasser très vite ; au contraire, si on le fait avec passion et enthousiasme, être guérisseur devient une activité passionnante, enrichissante. Lorsque j’effectue une thérapie sur une personne, je ne ressens pas la fatigue ; je me sens comme connecté à une source d’énergie inépuisable et je fais ce travail toujours avec joie et enthousiasme. C’est bien le signe que je suis sur le bon chemin. La fatigue, c’est après que je la ressens, quand j’ai terminé la journée et que je m’apprête à tout ranger dans mon cabinet de consultation avant de rentrer chez moi.

Bien sûr, cela ne signifie pas qu’une personne ayant étudié de nombreuses années, puissent être un bon médecin, ostéopathe, ou physiothérapeute, néanmoins, je pense qu’une personne qui a reçu un « don » et qui a choisi le chemin de la guérison, peut arriver à donner « un plus » à tous ses patients grâce à sa thérapie qui prend en compte autant le corps physique que le corps émotionnel, et grâce à l’énergie qu’il a reçu du Grand-Esprit.

Un des principaux rôles du guérisseur, est de rétablir l’harmonie perdue ; notre harmonie avec les autres et aussi avec nous-mêmes ; mais pour cela, il faut se reconnecter avec la nature et avec nos propres racines. Beaucoup de gens sont perdus et cherchent désespérément un sens à leur vie ; ils oublient qu’ils ont une histoire propre et des ancêtres qui eux-mêmes ont connus des difficultés et ont su les dépasser afin de survivre. On a beaucoup à apprendre du passé. Rechercher ses racines, et en éprouver une grande fierté, cela peut nous aider à retrouver notre propre identité.

 

Manu-Tlaloc-Huichol

 

 Toutes les informations sur le prochain Festival