Le portail européen du chamanisme
226

PERLES DE BALLONS :

PETITS BIJOUX D’INTELLIGENCE ET D’ELEGANCE

Ou : Comment qu’y-z-y causent, les as du ballon rond !

 

Le rire guérit, tous les chamans vous le confirmeront ! Ne dit-on pas dans la langue des oiseaux « gai-rire » ? Essayons voir si ça fonctionne…

 

Voilà donc que je fais une incursion dans des terrains que je fréquente moins… Le Foot !

Je suis tombé sur un florilège de phrases élégantes et de pensées profondes, si émouvantes que je n’ai pas résisté au plaisir de vous en partager quelques unes …

Les auteurs : les joueurs eux-mêmes, dont la modestie, l’abnégation, la tendresse, le fair-play, la loyauté, la tolérance et la générosité sont bien connues de tous. Sans parler d’une maîtrise à toute épreuve de la langue française, pour les joueurs français ou francophones. Quelques perles de joueurs étrangers se sont glissées aussi dans ce bouquet. Les citations qui suivent sont rigoureusement authentiques : des fois on les croirait inventées, mais non !

 

Voici d’abord leur maître à tous : Franck Ribéry. Citations en vrac :

 

***C’EST UN MATCH QUI SE JOUE EN DEUX MATCHS.***

Un premier match où on joue avec son équipe et un autre où on joue contre celle d’en face, ou un truc comme ça ? Explique-nous, Franck !

***J’AI COURU JUSQU’A QUAND CE QUE JE POUVAIS.***

Vous ne comprenez pas ? C’est pourtant simple, sauf que c’est d’un niveau très élevé de verlan propositionnel : Quand je pouvais ce que, j’ai couru jusqu’à. Et toc.

***JE PENSE QU’ON ESPERE DE GAGNER CONTRE LE PORTUGAL.***

Quand on atteint ce niveau d’abstraction dans la pensée, je m’incline…

***MAINTENANT IL FAUDRA FAIRE AVEC SANS ZIZOU***

Et faire sans avec Zizou, ça donnerait quoi ?

***ON EST DES JOUEURS QU’ON VA VITE AVEC LE BALLON***

Tellement vite que le cerveau est resté à l’hôtel. Et que le lobe du langage a dû flancher un brin, à force de recevoir tellement de coups de boule ou de ballon…

***INCONSCIEMMENT IL FAUT PAS S’ENDORMIR***

C’est bien vrai. Inconsciemment c’est mieux de se réveiller.

***C EST BEAU CE STADE-VELODROME,

QUI EST TOUJOURS TOUT PLEIN A DOMICILE COMME A L’EXTERIEUR !***

J’ignorais qu’il existât des modèles de stades gonflables, facilement transportables dans le bus des supporters… Que de choses que j’ignore !

***J’ESPERE QUE L’AROUTOURNE VA VITE TOURNER POUR LUI

ET SURTOUT POUR NOUS (En parlant de Benzema)***

J’avoue mon ignorance : mais c’est quoi l’aroutourne ? Une marque de lait ?

 

 

Mais d’autres collègues ne sont pas mal non plus, qui sont des maîtres dans divers domaines :

La pédagogie tout d’abord. Les règles du foot-ball sont complexes, chacun le sait.

Heureusement que le grand Michel Platini, si, si, Ballon d’Or 1983, 1984 & 1985, nous en résume l’essentiel de façon claire et compréhensible par tous :

***LA CLE DU MATCH C’EST QUE C’EST L’EQUIPE QUI MARQUERA LE PLUS DE BUTS QUI GAGNERA.*** Ben ça alors !

 

Franz Beckenbauer vient aussi à la rescousse pour expliquer les secrets de ce sport :

***IL N Y A QU’UNE SEULE POSSIBILITE : GAGNER, PERDRE, OU FAIRE MATCH NUL*** Personnellement j’en vois trois dans sa phrase, mais je dois sans doute changer de lunettes ??? Ou alors je n’ai pas tout compris…

 

L’esprit du jeu. C’est là qu’on s’aperçoit que gagner est tout de même important, et perdre, une obsession, un cauchemar :

***ON PEUT BATTRE N’IMPORTE QUI MAIS AUSSI PERDRE CONTRE N’IMPORTE QUI*** (Sammy Traoré). Ça, je n’y aurais jamais pensé !

 

L’ITALIE NE PEUT PAS NOUS BATTRE MAIS NOUS POUVONS PERDRE CONTRE EUX. (Johann Cruyff, ballon d’or en 1971, 1973 & 1974) Comme quoi, perdre et être battu ce n’est pas la même chose. C’est dans Platon ou dans Nietzsche ?

 

La connaissance de l’histoire et de la géographie fait partie intégrante de leur culture : de transfert en transfert, ils connaissent plein de pays et découvrent des traditions différentes.

 

***J’AIMERAIS BIEN JOUER DANS UN CLUB ITALIEN, COMME LE FC BARCELONE PAR EXEMPLE !*** (Mark Draper)

Tant de culture me scotche ! Comment sait-il que le royaume d’Aragon, dont la capitale était Barcelone, comprenait, pour des raisons dynastiques, le Royaume de Naples, en Italie donc, au XVème siècle ? Et donc, qu’on se le dise : quand l’Inter de Milan et la Juventus de Turin jouent ensemble, c’est pour le championnat d’Espagne.

 

***ÇA REMONTE AUX CALANQUES GRECQUES !!!*** (Laurent Robert)

On y mangeait, au temps de Périclès, une excellente bouillabaisse au satziki et à la feta…

 

***JE CROIS QUE RAYMOND DOMENECH EST L’ENTRAINEUR LE PLUS NUL DE FOOTBALL FRANÇAIS DEPUIS LOUIS XVI *** (Eric Cantona).

Je savais que le roi Louis XVI était grand amateur de serrurerie. Pourquoi nous cache-t-on qu’il a aussi été entraineur de l’équipe de France ? On ne nous dit pas tout !

 

Ils se soutiennent les uns les autres, non sans oublier de se mettre en avant, car les meilleurs c’est toujours eux-mêmes non ?

***J’AI MARQUE UN BUT MAIS BANKS L’A ARRETE*** (Le grand Pelé, en hommage au gardien anglais lors de la coupe du Monde à Mexico en 1970). En effet, c’est imparable : si le gardien de but adverse n’était pas là, on marquerait plus de buts. Mais que fait la FIFA ?

 

La palme de la modestie revient, vous l’auriez deviné, à Cristiano Ronaldo :

***JE SUIS LE PREMIER, LE DEUXIEME, ET LE TROISIEME MEILLEUR JOUEUR DU MONDE ! ***! Je suis curieux de savoir qui est le quatrième. Ronaldo Cristiano, peut-être ?

 

Leurs analyses des matches à venir sont souvent fines et précises :

 

***ILS VONT CHERCHER A ENLEVER L’EPINE DU PIED QU’ILS ONT SUR LA TETE*** (Xavier Gravelaine), ce qui nous donne une vision fascinante de l’anatomie : l’épine en question est-elle posée directement sur la tête, ou bien existe-t-il des humains avec un pied greffé sur la tête? Afin qu’on puisse dire qu’on marche pour de vrai sur la tête ? Dingue, non ?

 

***IL VA FALLOIR SE METTRE LES COUILLES SUR LE TERRAIN !*** (Jérôme Rothen)

Parce que d’habitude, elles sont rangées dans la boîte à gants avec le smartphone…

 

La tolérance face à la diversité est une autre de leurs caractéristiques, qui les rend si humains. Homophobie, par exemple ? Mais où ça donc ?

 

***TROIS GAYS EN EQUIPE D’ITALIE ? CE SONT LEURS PROBLEMES S’ILS SONT P####…SI JE DIS CE QUE JE PENSE ÇA VA ETRE LE BORDEL !***(Antonio Cassano, joueur de Parme)

Ne me dis pas que tu voulais faire ton coming-out, mon lapin ?

 

***LES GAYS ? MOI, JE RESPECTE L’HOMOPHOBIE !*** (Francesco Toti, capitaine de la Roma). Au moins ça a le mérite d’être franc, même et surtout si c’est un lapsus !

 

Toutefois, ils ne manquent parfois pas d’un certain humour involontaire, même les plus odieux d’entre eux. Voici Zlatan Ibrahimovic, attaquant au PSG, racontant son dribble devant Stéphane Henchoz, défenseur du Liverpool :

**D’ABORD JE SUIS ALLE A GAUCHE, LUI AUSSI. PUIS JE SUIS ALLE A DROITE, LUI AUSSI.  PUIS JE SUIS RETOURNE A GAUCHE, ET LA IL EST ALLE S’ACHETER UN HOT DOG.***

 

Ou encore Thierry Henry : ***SI ARSENAL A DES MILLIONS DE FANS, SACHEZ QUE JE SUIS L’UN D’EUX. SI ARSENAL A SEULEMENT UN FAN, SACHEZ QUE JE SUIS CE FAN. SI ARSENAL N’A AUCUN FAN, SACHEZ QUE JE SUIS MORT.*** En toute simplicité.

 

Voici un petit florilège de George Best, ballon d’Or en 1968 : ça pourrait facilement passer pour des extraits de one man show de café théâtre !

 

***J’AI CLAQUE BEAUCOUP D’ARGENT DANS L’ALCOOL, LES FILLES ET LES VOITURES DE SPORT. LE RESTE, JE L’AI GASPILLE.***

 

***J’AVAIS UNE MAISON AU BORD DE LA MER. MAIS POUR ALLER A LA PLAGE, IL FALLAIT PASSER DEVANT UN BAR. JE N’AI JAMAIS VU LA MER.***

 

***EN 1969, J’AI ARRETE LES FEMMES ET L’ALCOOL. ÇA A ETE LES 20 MINUTES LES PLUS DURES DE MA VIE***

 

***J’AI DIT UN JOUR QUE LE Q.I DE GAZZA (Paul Gascoigne) ETAIT PLUS PETIT QUE LE NUMERO DE SON MAILLOT, ET IL M A DEMANDE : «QU’EST-CE QUE C’EST QU’UN Q.I »***

 

Laissons la parole à un entraîneur, plus élevé dans la hiérarchie, Luis Fernandez :

***EN COMPETITION IL Y A TOUJOURS UN PREMIER ET UN DERNIER. MAIS L’IMPORTANT EST DE NE PAS ETRE LE SECOND DE SOI MEME***

Sauf en cas de dédoublement de la personnalité…

 

Nous terminerons en beauté avec un peu de philosophie, due à Patrick Evra, capitaine des Bleus en Afrique du Sud en 2010 :

 

***IL FAUT RENDRE CESAR A CESAR.*** Dans le cas où César, atteint de dédoublement de la personnalité comme annoncé ci-dessus, aurait égaré César, ça s’imposerait en effet.

 

***LE TRAIN DANS LA VIE, IL NE PASSE QU’UNE FOIS.*** En sifflant trois fois ? Il faudra demander à la SNCF d’améliorer la desserte. En attendant, ami lecteur, puisse la compas-sion pour ces braves footballeurs à la pensée meurtrie t’emplir le cœur, car, comme le dit encore Luis Fernandez : ***IL NE FAUT PAS TIRER SUR UNE AMBULANCE BLESSEE !***

football

——————————————————————–

 Toutes les informations sur le prochain Festival